CÂBLE CHAUFFANT


Durant la saison froide, les tuyaux d’alimentation des puits peuvent geler malgré une isolation adéquate. Il faut alors faire appel à des professionnels afin de dégeler les conduites d'eau. Il est également utile de penser à une solution préventive, soit l'installation d'un câble chauffant, spécialement conçu pour protéger les tuyaux d’eau potable en plastique du gel .


Il existe deux sortes de fils chauffants. Le câble chauffant le plus connu est sans doute le câble rigide à isolation minérale, anciennement connu sous le nom de Pyrotenax, devenu WinterGard. Ce type de câble requiert l'installation d'un thermostat et d’une ou plusieurs sondes installée (s) sur la conduite afin d'en prendre la température. Le thermostat active ou désactive sa mise en service au besoin. Lorsqu'il est en fonction,  le câble chauffe également sur toute sa longueur. Il se vend en ensemble pré-coupé et prêt à être installé.


Le second câble chauffant, maintenant le plus utilisé, est le câble auto régulant. Ce câble est fait de plusieurs couches dont une couche de carbone, permettant l'autorégulation de la température du câble selon la température de l'eau ressentie par celui-ci. Plus l'eau est froide, plus le câble chauffe. Il y a toutefois des limites à l'autorégulation; en effet, le câble va toujours donner une puissance de chauffage minimal et atteindre une puissance maximale. De ce fait, tout comme les câbles à isolation minérale, nous devons idéalement isoler la conduite chauffée, afin de bien conserver la chaleur de celle-ci. Parmi les avantages de ce câble, notons le rendement supérieur aux endroits où la conduite est la plus froide, la coupe à la longueur nécessaire ainsi que la possibilité d’effectuer des raccordements.


Dans les deux cas, avant d’acheter un câble chauffant, il faut savoir la longueur approximative de la conduite à protéger, l’isoler adéquatement et poser un fils chauffant avec une bonne puissance pour que la conduite ne gèle pas durant l’hiver. Si le câble est inséré dans une conduite d’eau, une protection de mise à la terre (GFI) est nécessaire. S’il est en contact avec l’eau potable, il se doit d’être certifié NSF61, ce qui assure l’innocuité des matériaux en contact avec l’eau.